MTRL
A la une !
Frontpage Slideshow (version 2.0.0) - Copyright © 2006-2008 by JoomlaWorks
  (2 votes)
 Débutons par une expo ! Ou plutôt une double expo ; elle fait appel à notre mémoire de lyonnais : "Lyon l’italienne" et les "Place du pont productions" sont célébrées aux Archives Municipales de Lyon. Porté par les photos, le son, on reçoit une leçon sans âge sur les vertus de l’humanité ! Enchaînons avec le ciné. Pas de grands films juste des "bons" films. Avec un rôle surprenant pour Catherine Deneuve (une star à contre-emploi) dans le film de Pierre Salvadori "Dans la Cour". Avec Gustave Kerven en concierge, entre rire et émotion, on aime ! "Une rencontre", la comédie romantique de Lisa Azuelos a tout pour plaire avec Sophie Marceau qui tombe amoureuse de François Cluzet. Ou "96 Heures", un polar de Fréderic Schoendoerffer qui aurait pu être digne de Melville ! Cela démarre très bien pour s’essoufler ensuite. Gérard Lanvin et Niels Arestrup sont excellents. Et quoi d’autre... "The Best Offer" de Giuseppe Tornatore avec Geoffrey Rush en commissaire-priseur, un film-suspens à moitié réussi. Ne pas zapper le Festival "Cinémas du sud" à l’Institut Lumière tout le week-end.
Côté spectacles, 3 suggestions : pour les amateurs de piano : Alexandre Tharaud joue Mozart, Malher, Grieg, Schumann et Beethoven à la salle Rameau (jeudi et vendredi). Anthony Kavannah joue la carte de l’humour à Comédie Odéon (vendredi) et l’électro-mélancolique Stromae va enflammer, samedi, Tony Garnier (il reste quelques places).
A partir du printemps et pendant les vacances de Pâques c’est dehors que cela passe ! On vous propose de participer à la 8ème traversée de Lyon (une balade de véhicules de collection et de prestige qui part dimanche matin de l’hippodrome de la Tour-de-Salvagny), de faire du vélo dans la Dombes, d’emprunter la voie verte, dans le Beaujolais ou plus simplement de rester à Lyon et pique-niquer dans le Parc de Gerland. Enfin saviez-vous qu’au Carmélina ( 249 rue Marcel Mérieux à Gerland !), Jean-Jacques Gaillard va tenter de battre le record du monde de piano en restant assis derrière son clavier durant 30 heures, sans interruption (jeudi et vendredi ). Ils sont fous ces Lyonnais !

Festival Britten

  (0 vote)
Festival Britten

Cette année, l'Opéra de Lyon rend hommage à Benjamin Britten, compositeur britannique dont 2013 marque le 100e anniversaire de sa naissance. Ce sont trois opéras qui nous sont proposés : "Peter Grimes", mis en scène par Yoshi Oida, "Le Tour d'écrou", mis en scène par Valentina Carrasco et la reprise de "Curlew River" où Olivier Py avait su transposer de façon admirable la folie dans le théâtre No. Les deux premiers opéras seront dirigés par Kazushi Ono, le chef résident. Un rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte !
"Le Tour d'Ecrou", un opéra anxiogène.
Composé en 1954 et basé sur une nouvelle d'Henry James, cet opéra nous raconte l'histoire de deux enfants, vivant dans un manoir retiré dans la campagne, en campagnie de leur nouvelle gourvernante et de l'intendante, Mrs Grose. Petit à petit, l'histoire se dévoile, les fantômes de l'ancienne gouvernante, Miss Jessel et de son amant, Peter Quint rodent… Est-ce un rêve, est-ce la réalité, est-ce un cauchemar ?
La mise en scène de Valentina Carrasco, une collaboratrice de la Fura del Baus, arrive parfaitement à retranscrire cet enserrement progressif. Des toiles d'araignées géantes enserrent progressivement la scène et emportent avec elles les éléments matériels jusqu'à l'issue fatale tout comme les fantômes de Quint et Jessel tournent autour des enfants. Peter Quint est-il pédophile ou est-il à la recherche d'une innocence perdue ? Sont-ils uniquement les fantasmes de deux enfants pervers, abandonnés par leurs parents ou d'une jeune gouvernante déséquilibrée ? Scéniquement, la descente au pays des songes est très belle. Le sol se soulève et les personnages se retrouvent dans un eden rougeoyant, tapissé de feuilles et envahi de lianes de fleurs. Où Valentina Carrasco réussit son pari, c'est qu'elle arrive à suggérer une ambiguité très forte, la fin de l'innocence, le deuil, le passage, sans trop en rajouter.
Kazushi Ono dirige les musiciens de l'Orchestre de l'Opéra de Lyon et fait très bien ressortir la subtilité de cette partition. Vocalement, Heather Newhouse fait une gouvernante très convaincante, tout comme Katharine Goeldner (Mrs Grose). Le ténor Andrew Tortise est parfait, abordant le rôle de Quint avec séduction et autoritarisme. Les jeunes enfants, interprétés par des membre de la Maîtrise de l'opéra, souffrent, comme souvent, de problèmes de justesse et de projection.



Recherche express

 

Top des internautes

  (517 votes)
  (58 votes)
  (137 votes)
  (120 votes)
  (38 votes)